Avez-vous le temps de respirer ?

Avez-vous le temps de respirer ?

 « Avez-vous le temps de respirer ? » Un moment d'hésitation. « Est-ce une question si surprenante ? » La réponse tombe : « Respirer ? Ah non ! J'ai trop de choses à faire ! Ça n'arrête pas ! Dès le matin, c'est la course : se préparer et réveiller les gosses, faire les sandwiches de midi, mon mari dépose les enfants à l'école en allant à son travail. Nous avons chacun notre voiture, impossible de s'en passer. Nous faisons plus de cinquante kilomètres par jour. On ne se revoit que le soir, devant la télévision, c'est notre seule détente. Mon mari ramène souvent des dossiers, moi, je suis des stages dans mon entreprise. Le week-end, on ne souffle même pas, entre le shopping pour la semaine, les visites à la famille très dispersée, les invitations où il faut bien aller, le sport, les activités des jeunes, nous n'avons plus le temps d'être à nous-mêmes, de respirer, de se poser… Et les années passent », dit-elle, en soupirant. Sur la terrasse, des fauteuils toujours vides. La baie déploie l'or d'une belle journée. Heureux propriétaires !  Des millions de personnes vivent ainsi. Nous n'avons plus le temps de respirer, plus le temps de nous asseoir, d'apprécier ce qui nous entoure, de profiter du temps qui passe. Le rythme de la vie devient infernal. Chaque personne de la cellule familiale se doit de participer au tourbillon général. Chacun a ses activités. Le repos, la flânerie, la promenade sont bannis pour beaucoup.

 
 
L'exigence de suractivité de chacun complique la vie de toute la famille. Concilier les emplois du temps relève de l'art stratégique. Il faut nous occuper, coûte que coûte, sinon c'est l'angoisse, la peur d'être laissé pour compte, d'être en rade, oublié.  Nous croyons dévorer le temps mais c'est le temps qui nous dévore. Nous perdons la direction de notre vie. Et brusquement, nous nous retrouvons sur un sens giratoire à tourner, sans trouver la bretelle qui changera notre destination. Nous nous sentons pris dans un engrenage, dans un filet de situations inextricables.  Plusieurs possibilités pour couper ce rythme absurde : la plus évidente est l'arrêt de la machine. Le carburant va manquer. Surgiront des problèmes plus complexes de carburateur, de moteur. Et ce sont tous les incidents cardiovasculaires qui, en priorité, vont donner l'alerte.  Il aurait été si simple de prévoir des check-up, des remises en forme. « Quand ? — Tout de suite, ici et maintenant ! » « Ici et maintenant ». Deux notions qui recouvrent une sensation directe, intime. Faisons la pause, une minute seulement, celle qui donne du prix à la vie, celle qui permet de canaliser l'énergie vitale, psychique et physique.
 
En cette minute, le corps et l'esprit sont vécus ensemble.
 
Extrait du livre "Respirez la Vie"
 
 

Nouvelle formation sophrologue


Lieu: Nouméa - Baie des citrons

Voir


Date: de novembre 2018 à 2020

Thème:

Apprentissage sous forme de modules, avec ateliers pratiques et évaluation continue.

Tous les modules sont faits sur les week-end.

Reconnue par la SFS et le syndicat des sophrologues professionnels.


Voir le détail